Qu’est-ce que l’ostéointégration ?

L’ostéointégration est la période qui survient entre la chirurgie de pose d’implant et la pose de la prothèse dentaire. Elle dure généralement entre 3 et 6 mois, en fonction du patient et de la position de l’implant dans la dentition.

Cette période de cicatrisation est nécessaire pour permettre à l’implant de bien s’intégrer à l’os de la mâchoire.

L’os en question est appelé l’os alvéolaire. C’est lui qui maintient la dentition et qui va accueillir l’implant. Durant ce temps, l’os va se reformer autour le l’implant et dans les stries de la racine, de manière à immobiliser le dispositif.

Dans certains cas relativement rares, l’os peut rejeter l’implant, en raison d’une insuffisance osseuse. Cela ne laisse pas de dommages irréversibles, et la pose d’implant peut être retentée ultérieurement.

Pour que le phénomène d’ostéointégration se produise dans de bonnes conditions, le métal utilisé pour l’implant doit être biocompatible. C’est le cas du titane, utilisé dans la grande majorité des cas.

Par ailleurs, la mâchoire doit présenter une masse osseuse suffisante pour accueillir le dispositif. Si ce n’est pas le cas, il est possible de procéder à une greffe osseuse.

Enfin, bien que certains praticiens préfèrent attendre la fin de la période d’ostéointégration pour poser la prothèse sur l’implant, les études montrent que la pose simultanée de l’implant et de la prothèse n’a pas d’impact sur la bonne cicatrisation de l’os alvéolaire et de la gencive.